Pour une visite vaccinale apaisée

23 août 2019par Campus du Management Vétérinaire

Brendan Howard – DMV360 Magazine

Une bonne visite chez le vétérinaire à la clinique vétérinaire de Fort Mill, en Caroline du Sud (USA), ne commence pas seulement dans la salle de consultation ou même à la réception.Tout commence lors de la prise de rendez-vous et cela implique une communication et des méthodes intégrées par e-mail, courrier, conversations en face à face qui rendent les visites annuelles de santé plus calmes, plus sûres et plus pédagogiques.

Avant la visite

Dossiers complétés : s’il s’agit d’un nouveau client, l’équipe s’assure que toutes les informations précédentes de toutes les autres cliniques sont déjà connues. S’il faut appeler la clinique le jour du rendez-vous et demander les dossiers, cela peut être stressant.

Animal prêt : l’ASV demande aux clients par téléphone et rappels SMS / mails à l’approche du RDV de préparer leurs animaux domestiques de trois manières (en particulier les chiens) :

  • Ne pas nourrir l’animal avant la visite car l’équipe pourra le récompenser comme renforcement positif lors du rendez-vous.
  • Apporter un échantillon de selles au cas où cela serait nécessaire.
  • Prévoir un collier et une laisse (idéalement non-rétractables) pour les chiens et un panier de transport adapté pour les chats.
  • Conduire en douceur et prendre le temps de venir pour éviter d’avoir un animal stressé dès l’arrivée à la clinique.

Pendant la visite

Les techniciens démarrent le travail : aux Etats-Unis, il existe plusieurs catégories de personnels vétérinaires et les techniciens en santé animale ont un rôle intermédiaire entre l’ASV (tel que le poste existe en France) et le vétérinaire. Le technicien va donc d’abord collecter des informations de base et noter ces informations dans le dossier médicale de l’animal.

Une injection la plus douce possible : il est important d’être le moins traumatisant possible, en particulier avec les petits chiens. Pour cela, il est possible de récompenser avec une friandise l’animal au moment de l’injection. Il est également important d’injecter le volume le plus faible possible avec une aiguille de la plus petite taille possible et changée entre le prélèvement dans le flacon et l’injection à l’animal. L’utilisation d’aiguille orange plutôt que bleu est également une façon d’être moins traumatique, quitte à prendre quelques secondes de plus pour réaliser l’injection.

Distraire le propriétaire pour limiter le stress de l’animal :  la vue d’une aiguille ou d’une seringue peut stresser votre client qui va alors communiquer cela à son animal. Il peut être intéressant de maintenir un dialogue permanent avec le propriétaire pour le distraire pendant que l’on prépare et réalise l’injection.

 

R-AD-FR-NON-190800022