Soigner sa marque employeur pour recruter

18 janvier 2019par Marine SLOVE

La course aux recrutements est devenue plus redoutable que jamais. Dans un marché du travail vétérinaire très concurrentiel, votre marque employeur pourrait bien être votre meilleure chance de sortir du lot.

La “marque employeur”, ADN social de votre clinique

En matière de ressources humaines, vous avez deux préoccupations majeures : recruter des salariés et les garder. C’est en amont et pour vous permettre d’atteindre ces deux objectifs que la marque employeur intervient.

Elle est le reflet de votre clinique auprès de vos salariés actuels mais aussi auprès de potentiels futurs salariés. Pour vous, l’enjeu est donc double car il vous faut :

  • être attractif sur le marché de l’emploi vétérinaire pour que des candidats postulent chez vous
  • tout mettre en œuvre pour que vos salariés actuels véhiculent une image positive des conditions de travail que vous avez à offrir

C’est ce qu’on pourrait appeler le cercle vertueux de la marque employeur. Dans le petit monde vétérinaire et hyperconnecté dans lequel nous vivons, rien ne reste secret. Là où il y a quelques années, le bon ou le mauvais management d’une clinique vétérinaire n’était connu que des quelques personnes concernées.

Aujourd’hui, rien n’est plus simple que de véhiculer l’information à la vitesse de l’éclair. Par conséquent, si la marque employeur d’une clinique est mauvaise, tout le monde le sait !

C’est la raison pour laquelle il est hasardeux de la sous-estimer, tout comme le pouvoir des salariés.

Une marque employeur attractive, ça se construit

Une marque employeur alléchante ne s’invente pas. Il faut donc avoir conscience que recruter efficacement sur un marché saturé nécessite aujourd’hui d’y passer du temps. Pour construire une stratégie cohérente :

  1. Commencez par lister les valeurs de la clinique, celles qui reflètent au mieux votre culture d’entreprise. Aujourd’hui, les gens veulent non seulement trouver du sens dans leur travail mais aussi leur place dans une équipe soudée.
  2. Trouvez votre valeur ajoutée par rapport à vos concurrents : pourquoi devrait-on venir travailler dans votre clinique plutôt que dans celle de votre voisin ?
  3. Choisissez parmi tout ça les atouts sur lesquels vous voulez mettre l’accent. Est-ce la qualité de l’équipe, l’ambiance de travail, les perspectives d’évolution ? Ce sera votre fil conducteur.
  4. Choisissez vos canaux de communication en fonction du temps et du budget que vous avez définis au préalable.

N’hésitez pas à mettre à contribution vos collaborateurs pour élaborer une stratégie et des contenus efficaces et au plus près de votre culture d’entreprise.

Ne perdez pas de vue que l’authenticité et la cohérence sont de rigueur. Si vous enjolivez la réalité en trichant sur vos valeurs ou votre culture d’entreprise, le candidat finira par l’apprendre et ce sera sans nul doute contre-productif puisque vous obtiendrez exactement l’inverse de ce que vous aviez escompté.

A quels points faut-il être attentif ?

  1. Rédigez des annonces distinctives : Sur un marché aussi saturé que le marché actuel, vous ne pouvez plus espérer recevoir des candidatures sans avoir travaillé le contenu rédactionnel de votre annonce, et ce même si le poste proposé vous semble attractif.
  2. Soignez les messages de contact adressés aux candidats : c’est impératif, surtout si c’est vous qui contactez le candidat en premier. Dans ce cas, montrez-lui que vous êtes bien intéressé par son profil qui est en adéquation avec le poste que vous proposez (qu’il ne s’agit pas d’un message type envoyé à tout le monde).
  3. Multipliez les canaux de diffusion : vous avez choisi vos canaux de communication en amont et défini un budget, il est temps de l’utiliser pour diffuser des annonces via les acteurs du secteur. Ensuite, faites marcher votre réseau et celui de vos collaborateurs (particulièrement celui de vos salariés) : presque 40% des recrutements se feraient grâce au bouche-à-oreille [1].
  4. Soignez l’expérience du candidat et ce tout au long du recrutement, du premier contact par téléphone jusqu’à la fin de la période d’essai. Soignez son parcours d’intégration et faites-en sorte qu’il se sente tout le temps à l’aise.
  5. Soyez attentifs à vos employés : ils seront plus productifs, vous aurez moins de turn-over et ils joueront les ambassadeurs pour vos recrutements. Bref, vous gagnerez du temps (et de l’argent) à tous les niveaux !

Face aux difficultés qu’ils rencontrent, 83% des vétérinaires se disent aujourd’hui prêts à changer leurs conditions de recrutement [2]. La marque employeur et la réflexion qui en découle semblent être une des pistes d’exploration.

Références :
[1] Sondage La Semaine Vétérinaire – Annuaire Roy , 258 vétérinaires interrogés, 230 répondants
[2] Les difficultés de recrutement des salariés”, Clothilde Barde, La semaine vétérinaire N°1768, 15
juin 2018